Vous êtes ici :  Accueil
 
 
Activités proposées
Les articles du site
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
 ↑  
Mieux connaître le 10e
Texte à méditer :  
L'Historien n'est pas là pour juger mais pour comprendre.
Marc Bloch
  
Bienvenue sur Histoire & Vies du 10e
 
 Société historique du 10e arrondissement affiliée à la Fédération des Sociétés historiques 
et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France


        Monogrammebleu.png  
P10.jpg   
  • Site créé le 29 mai 2005 
  • Mis à jour le 29 sept. 2016         
Pour nous rencontrer 
le jeudi de 16h à 18h (sauf vacances scolaires)

adresse.jpg  hv10@hv10.org

                     Mairie du 10e (esc.B, 4e étage)

                   72 rue du Faubourg-St-Martin

       75475 Paris cedex 10

    tel.gif  01 53 72 12 96  

Twitt.pngHV10_Paris-10

     iconef.png Histoire & Vies 10

                   
La dernière nouvelle
Mise à jour  Le peintre Georges Seurat et le 10e - par HV10 le 16/09/2016 @ 09:26

Georges SEURAT et le 10ème

George_Seurat.jpg

Autoportrait

Seurat est certainement le peintre dont la plus grande partie de sa (courte) vie se déroula dans le 10ème arrondissement de Paris : il y est né, il y est mort, ses obsèques ont été célébrées à Saint-Vincent-de- Paul. Il n’avait que 31 ans.

Évoquons cette présence dans le 10ème d’après le catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’Orsay au Grand Palais (9 avril - 12 août 1991) à l’occasion du centenaire de la mort de Georges Seurat. Cette première grande rétrospective a réuni une centaine de peintures et environ cent vingt dessins du chef de file et théoricien du néo-impressionnisme que fut Georges Seurat.

Georges Pierre Seurat est né le 2 décembre 1859 au 60 de la rue de Bondy (aujourd’hui rue René-Boulanger), dans une famille aisée. Il est le fils d’Antoine Chrysostome Seurat (huissier de justice), né à Dosnon (Aube) le 28 août 1815 et d’Ernestine Faivre, parisienne, née le 3 mars 1828. Ils ont déjà un fils, Émile Augustin (1846-1906) qui s’essaiera comme auteur dramatique et une fille Marie Berthe (1847-1921) qui en 1865, deviendra la femme d’un ingénieur, maître verrier de grande renommée, Léon Appert (1837-1925). Georges Seurat est baptisé le 4 décembre à Saint-Martin-des-Champs ; ses parrains et marraine sont son frère et sa sœur.

La famille s’installe alors au 136 boulevard de Magenta (qui deviendra le 110, son numéro actuel, en 1866), à l’angle de la rue de Valenciennes. L’appartement est situé au 2ème étage (6 pièces plus dépendances), pour un loyer annuel qui sera de 2 200 francs en 1875. Ce sera l’adresse officielle de Seurat, même quand il aura son propre atelier. Pendant la guerre de 1870, les Seurat se réfugient à Fontainebleau.

Seurat fréquente le collège jusqu’à 16 ans (Turgot ?). En 1876, il suit les cours de dessin de l’école Municipale de Sculpture et de Dessin du 19 de la rue des Petits-Hôtels, que dirige un sculpteur, Justin Lequien fils (1826-1882). Le père de ce dernier, sculpteur de plus grand renom, Justin Marie Lequien (1796-1881) avait fondé cette école, qui était réputée faire des « ouvriers-artistes ». Le docteur Gachet de Van Gogh y enseignera aussi. Seurat s’y liera avec Edmond Aman-Jean qui habite alors 33 quai de Valmy. Ce dernier sera son grand ami.

Le 2 février 1878, Seurat passe les épreuves d’admission à l’École des Beaux-arts et le 19 mars, il entre dans l’atelier d’Henri Lehmann (181461882). Il ne semble pas y avoir été très brillant. Le 31 octobre 1879, il est « engagé conditionnel », ce qui réduit son service militaire à un an. En rentrant, il est d’abord hébergé dans l’atelier d’Aman-Jean, 32 rue de l’Arbalète.

Au cours de l’année 1882 (et jusqu’en 1886), Seurat loue 16 rue de Chabrol (bâtiment en aile à droite, escalier B, 5ème étage), un atelier de peintre avec cheminée et par un escalier intérieur au 6ème étage « une petite pièce à feu ». Le loyer annuel en est de 560 francs.

- À noter que pendant toute la deuxième moitié du 19ème siècle la rue de Chabrol abrita une petite colonie d’artistes, en particulier au 18 - Mais lors des différents salons où il expose, Seurat continue à donner l’adresse de sa mère au 110 boulevard de Magenta.

En juin 1886, pour la première fois il donne l’adresse de son nouvel atelier 128bis boulevard de Clichy. Il y vivra jusqu’en mars 1891 avec une jeune ouvrière, Madeleine Knoblock (1868-1903). Leur liaison gardée secrète aurait débuté dès 1885.

Le 26 mars 1891, Seurat tombe malade. Dès le 27, il se rend chez sa mère boulevard de Magenta avec Madeleine et leur fils Pierre (né le 16 février 1890). Il y meurt le dimanche 29 mars à 6 heures du matin d’une angine infectieuse (probablement une diphtérie). Le 30 mars ses obsèques sont célébrées à l’église Saint-Vincent-de-Paul. Il est enterré le lendemain au cimetière de Père-Lachaise. Son fils mourra de la même maladie le 13 avril et sera enterré à ses côtés.

Dès 1892, de nombreux hommages lui seront rendus.

Et pour le 10ème, un dernier petit fait : le 3 janvier 1898, le Comte Kessler, qui a acheté le tableau de Seurat « Les Poseuses » à Ambroise Vollard pour 1 200 francs, rend visite à Madame Veuve Seurat, 110 Boulevard de Magenta. Celle-ci mourra le 30 juillet 1899, après avoir voulu céder des tableaux de son fils au Louvre qui les refusera. Elle lègue une rente viagère de 1 200 francs à Madeleine Knoblock qui, elle, décèdera en 1903 d’une cirrhose du foie.

Odile Mercier

Georges_Seurat_-_Les_Poseuses.jpg

Les Poseuses

SEURAT, RMN 1991 (catalogue de l’exposition aux Galeries Nationales du Grand Palais, 9 avril-12 août 1991) : http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/hors-les-murs/presentation-generale/article/seurat-4087.html?cHash=e63798dc90

Aman- Jean (1860-1936) : né en Seine et Marne Amand-Edmond Jean. Son œuvre se rapprochera de celle des Préraphaélites

Comte Kessler : Harry von Kessler, grand mécène et collectionneur allemand qui sera l’un des plus éminents défenseurs de l’art français dans son pays.

Lire la suite Lire la suite

Georges SEURAT et le 10ème

George_Seurat.jpg

Autoportrait

Seurat est certainement le peintre dont la plus grande partie de sa (courte) vie se déroula dans le 10ème arrondissement de Paris : il y est né, il y est mort, ses obsèques ont été célébrées à Saint-Vincent-de- Paul. Il n’avait que 31 ans.

Évoquons cette présence dans le 10ème d’après le catalogue de l’exposition organisée par le Musée d’Orsay au Grand Palais (9 avril - 12 août 1991) à l’occasion du centenaire de la mort de Georges Seurat. Cette première grande rétrospective a réuni une centaine de peintures et environ cent vingt dessins du chef de file et théoricien du néo-impressionnisme que fut Georges Seurat.

Georges Pierre Seurat est né le 2 décembre 1859 au 60 de la rue de Bondy (aujourd’hui rue René-Boulanger), dans une famille aisée. Il est le fils d’Antoine Chrysostome Seurat (huissier de justice), né à Dosnon (Aube) le 28 août 1815 et d’Ernestine Faivre, parisienne, née le 3 mars 1828. Ils ont déjà un fils, Émile Augustin (1846-1906) qui s’essaiera comme auteur dramatique et une fille Marie Berthe (1847-1921) qui en 1865, deviendra la femme d’un ingénieur, maître verrier de grande renommée, Léon Appert (1837-1925). Georges Seurat est baptisé le 4 décembre à Saint-Martin-des-Champs ; ses parrains et marraine sont son frère et sa sœur.

La famille s’installe alors au 136 boulevard de Magenta (qui deviendra le 110, son numéro actuel, en 1866), à l’angle de la rue de Valenciennes. L’appartement est situé au 2ème étage (6 pièces plus dépendances), pour un loyer annuel qui sera de 2 200 francs en 1875. Ce sera l’adresse officielle de Seurat, même quand il aura son propre atelier. Pendant la guerre de 1870, les Seurat se réfugient à Fontainebleau.

Seurat fréquente le collège jusqu’à 16 ans (Turgot ?). En 1876, il suit les cours de dessin de l’école Municipale de Sculpture et de Dessin du 19 de la rue des Petits-Hôtels, que dirige un sculpteur, Justin Lequien fils (1826-1882). Le père de ce dernier, sculpteur de plus grand renom, Justin Marie Lequien (1796-1881) avait fondé cette école, qui était réputée faire des « ouvriers-artistes ». Le docteur Gachet de Van Gogh y enseignera aussi. Seurat s’y liera avec Edmond Aman-Jean qui habite alors 33 quai de Valmy. Ce dernier sera son grand ami.

Le 2 février 1878, Seurat passe les épreuves d’admission à l’École des Beaux-arts et le 19 mars, il entre dans l’atelier d’Henri Lehmann (181461882). Il ne semble pas y avoir été très brillant. Le 31 octobre 1879, il est « engagé conditionnel », ce qui réduit son service militaire à un an. En rentrant, il est d’abord hébergé dans l’atelier d’Aman-Jean, 32 rue de l’Arbalète.

Au cours de l’année 1882 (et jusqu’en 1886), Seurat loue 16 rue de Chabrol (bâtiment en aile à droite, escalier B, 5ème étage), un atelier de peintre avec cheminée et par un escalier intérieur au 6ème étage « une petite pièce à feu ». Le loyer annuel en est de 560 francs.

- À noter que pendant toute la deuxième moitié du 19ème siècle la rue de Chabrol abrita une petite colonie d’artistes, en particulier au 18 - Mais lors des différents salons où il expose, Seurat continue à donner l’adresse de sa mère au 110 boulevard de Magenta.

En juin 1886, pour la première fois il donne l’adresse de son nouvel atelier 128bis boulevard de Clichy. Il y vivra jusqu’en mars 1891 avec une jeune ouvrière, Madeleine Knoblock (1868-1903). Leur liaison gardée secrète aurait débuté dès 1885.

Le 26 mars 1891, Seurat tombe malade. Dès le 27, il se rend chez sa mère boulevard de Magenta avec Madeleine et leur fils Pierre (né le 16 février 1890). Il y meurt le dimanche 29 mars à 6 heures du matin d’une angine infectieuse (probablement une diphtérie). Le 30 mars ses obsèques sont célébrées à l’église Saint-Vincent-de-Paul. Il est enterré le lendemain au cimetière de Père-Lachaise. Son fils mourra de la même maladie le 13 avril et sera enterré à ses côtés.

Dès 1892, de nombreux hommages lui seront rendus.

Et pour le 10ème, un dernier petit fait : le 3 janvier 1898, le Comte Kessler, qui a acheté le tableau de Seurat « Les Poseuses » à Ambroise Vollard pour 1 200 francs, rend visite à Madame Veuve Seurat, 110 Boulevard de Magenta. Celle-ci mourra le 30 juillet 1899, après avoir voulu céder des tableaux de son fils au Louvre qui les refusera. Elle lègue une rente viagère de 1 200 francs à Madeleine Knoblock qui, elle, décèdera en 1903 d’une cirrhose du foie.

Odile Mercier

Georges_Seurat_-_Les_Poseuses.jpg

Les Poseuses

SEURAT, RMN 1991 (catalogue de l’exposition aux Galeries Nationales du Grand Palais, 9 avril-12 août 1991) : http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/hors-les-murs/presentation-generale/article/seurat-4087.html?cHash=e63798dc90

Aman- Jean (1860-1936) : né en Seine et Marne Amand-Edmond Jean. Son œuvre se rapprochera de celle des Préraphaélites

Comte Kessler : Harry von Kessler, grand mécène et collectionneur allemand qui sera l’un des plus éminents défenseurs de l’art français dans son pays.

Fermer Fermer


Recherche
Recherche
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  193023 visiteurs
  7 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 80 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Nouveautés du site
(depuis 15 jours)
Ephéméride historique
Archives

 ↑  
Vous êtes ici :  Accueil
Ce site a fait l'objet d'un dépôt auprès de la CNIL, le 24 juin 2005
sous le numéro 1102822
Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit
d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
 
Site hébergé par  haisoft.gif